GRAND PARIS
Seine Ouest

9 route de Vaugirard

92196 Meudon Cedex

Vous êtes ici :
Accueil>Cadre de vie>Espaces verts, aires de jeux>Lectures vertes>Issy-les-Moulineaux, carnet d'aquarelles

Issy-les-Moulineaux, carnet d'aquarelles

« Issy-les-Moulineaux, carnet d'aquarelles » de Michel Larzillière (Equinoxe, collection « Carrés de France », 2012, 20 euros).

 

Issy carnet cubeCe volume de la collection « Carrés de France » des éditions Equinoxe, composé par l’artiste isséen Michel Larzillière, permet de découvrir la ville d’Issy-les-Moulineaux sous des angles différents et inédits. Architecture, nature et Seine sont restitués grâce à un habile choix des couleurs. Une manière agréable de découvrir une ville entre tradition et modernité et qui depuis longtemps a su séduire les artistes.

 

Michel Larzillière est un artiste isséen dont l’atelier est situé à Vanves. Ce lien particulier avec ces deux villes ont conduit cet aquarelliste à restituer à l’aide de ses couleurs leur patrimoine. En 2008, il publie déjà le carnet d’aquarelles « Balade à Vanves » aux éditions du Bout de la Rue (situées à Vanves). Aujourd’hui, c’est à Issy-les-Moulineaux qu’il consacre un nouvel ouvrage paru dans la collection « Carrés de France » des éditions Equinoxe, regroupant des aquarelles retraçant la richesse patrimoniale française aussi bien à la campagne qu’à la ville. Ainsi, durant 2 ans, il a arpenté les rues isséennes sur un parcours reliant la porte de Versailles au parc de l'Abbé Derry, afin de réaliser ce carnet de voyage urbain. Ses dessins témoignent à la fois du patrimoine architectural, de l’histoire et des jardins isséens, sans oublier la Seine ni les crayères. C’est un véritable relevé des richesses patrimoniales de la ville depuis des bâtiments anciens comme l’église Saint-Etienne (1634-1645) jusqu’aux plus récents comme le campus Microsoft. Le livre commence par une brève histoire d’Issy courant sur plus de 2000 ans, de l’époque gallo-romaine jusqu’à l’implantation de sièges de sociétés réputées dans les domaines des technologies, de la communication et des médias. Le parcours est ensuite illustré par le dessin et de courtes légendes. La finesse des traits et le choix pertinent des couleurs restituent ainsi un espace urbain d’une grande richesse. En feuilletant ce livre, le lecteur se surprend à vouloir se rendre sur place pour redécouvrir Issy-les-Moulineaux.

 

Des monuments immortalisés

 

Issy carnet serresParmi les monuments et bâtiments retranscrits par l’aquarelliste figurent la Manufacture de tabacs, la Grande Chapelle, le Séminaire Saint-Sulpice et son nymphée, le petit chalet sur le toit à l’angle de la rue du Général Leclerc et de la rue Horace Vernet, l’Hôtel de ville (également choisi pour illustrer la couverture de l’ouvrage), le Fort d’Issy (actuellement en cours de réaménagement) ou encore l’immeuble haussmannien du 31 rue Kléber à la façade richement sculptée et sur laquelle est à remarquer un bas-relief représentant la fable de La Fontaine « Le renard et les raisins ». L’architecture contemporaine a également séduit l’artiste puisque son carnet reprend notamment le Centre administratif, le centre d’affaires Colisée Marceau, le « bateau échoué » (architecte : Jean Nouvel), l’immeuble Galéo (architecte : Christian de Portzamparc) ou la Tour Mozart (architecte : Jean-Michel Wilmotte). La richesse de l’architecture isséenne est bien restituée et notamment avec des bâtiments emblématiques comme les halles abritant la société Yves Rocher, le PACI, le Musée français de la Carte à jouer, la Gare « Les Moulineaux » (tramway T2), sans oublier les Arches. Les équipements gérés par GPSO sont aussi au sommaire de ce carnet d’aquarelles avec le Conservatoire Niedermeyer, le Palais des Sports Robert Charpentier, le Cube ou encore les serres et le service des espaces verts.

 

Jardins, fontaines et sculptures

 

Eléments essentiels de l’espace urbain isséen, les jardins occupent aussi une place de choix dans les sujets choisis par Michel Larzillière. Au nombre de ceux-ci figurent le parc Bienheureux Jean-Paul II, le parc Rodin, le mail Raymond Menand, le jardin botanique, le jardin de la Cour d’honneur, le square Léon Zack, le cimetière et même les jardins familiaux. Est particulièrement à remarquer le parc de l’Ile Saint-Germain avec la « Tour aux Figures » de Jean Dubuffet, la « Colonne tronquée » de Jacques-Emile Lecaron, la grande halle et le restaurant « L’Ile ».

Dans le parc de la Résistance, l'ancienne porte d'entrée de l’usine d'armement Gévelot et la machine à emboutir les cartouches témoignant du passé industriel du lieu sont à l’honneur tandis que dans le parc Henri Barbusse, ce sont le grand escalier, le kiosque à musique, les vestiges du château des Conti et une statue de jeune fille (« Allégorie » de François Mourgues) qui ont su séduire l’aquarelliste. D’autres sculptures sont aussi à apprécier au fil des pages comme « We have lift off » de Crispin Guest (1992), « Le repos du soir » d’Henri Coutheillas (1930), « Voilures » de Pierre Sabatier (1994) sur le pont de Billancourt ou encore « Amour » ou « Le baiser » de Louis Cosme Demaille (1894) dans le square de Weiden. Quelques fontaines ont su également retenir l’attention de l’artiste comme la fontaine du Carrefour, celle des Trois nymphes ou celle de la Colonne Morris Ernest Renan.

Cet ouvrage constitue donc un extraordinaire état des lieux du paysage isséen évoluant au fil du temps, mais aussi un témoignage, à l’instar de l’emblématique cheminée de blanche et bleue de l’ancienne usine d’incinération la « TIRU » aujourd’hui disparue. Grâce à ses dessins, Michel Larzillière marche dans les pas de Constant Pape ou d’Henri Matisse en suivant une tradition dans laquelle Issy-les-Moulineaux constitue un sujet idéal pour les peintres, tout en affirmant un travail résolument contemporain.

 

 

En savoir plus

Info +

Dernière Minute