GRAND PARIS
Seine Ouest

9 route de Vaugirard

92196 Meudon Cedex

Platane commun de Vanves

Arbre bien connu des villes et des routes de France, le platane atteint des proportions respectables à l'âge adulte. Ce géant de notre paysage semblant inébranlable est toutefois parfois fragilisé par des champignons et des insectes.

Les platanes du territoire communautaire, constituant la plus grande part des arbres d'alignement, sont particulièrement surveillés. Dans le parc Frédéric Pic de Vanves, deux exemplaires sont à apprécier avec des hauteurs dépassant les 30 mètres.

Où est-il situé ?

Avec ses 5,2 hectares, le parc Frédéric Pic est le principal poumon vert de Vanves. C'est également un élément essentiel du patrimoine vanvéen. A ce titre et au regard de son histoire, il bénéficie de la protection des sites classés.
Un schéma directeur a même été élaboré par la Communauté d'agglomération pour définir son évolution dans le respect de son statut historique.
Ce parc compte 7 arbres remarquables, parmi lesquels un très beau platane commun (Platanus x acerifolia) de 33 mètres de haut et 20 mètres d'envergure, avec un tronc bien droit. Il est situé face à l'aire de jeux avec une pyramide de cordes, à quelques mètres seulement des immeubles de l'avenue du Parc.

D'autres platanes du territoire de GPSO sont également classés au titre des arbres remarquables comme un second au sein du parc Frédéric Pic (à quelque 60 mètres du premier, face au 16 de l'avenue du Parc), de 32 mètres de haut.

Un autre sujet est identifié aux abords de l'atelier de Louis Renault à Boulogne-Billancourt tandis que dans cette même ville, est à admirer un beau groupe de 3 platanes d'Orient (Platanusorientalis) classé remarquable, dans le parc de Boulogne - Edmond de Rothschild, près du jardin japonais.

Le long des voies plantées, des platanes bordent à Boulogne-Billancourt, le boulevard Jean Jaurès et la rue de Silly (taillés en plateau rideau), à Chaville l'avenue Roger Salengro, à Issy-les-Moulineaux l'avenue de Verdun et l'avenue de la Paix, à Sèvres la Grande rue et l'avenue Henri Regnault (taillés en plateau rideau), et à Vanves le boulevard du Lycée et la rue Larmeroux,...

Quelles sont ses caractéristiques ?

Cime du platane du parc Frederic PicLe platane commun est évidemment l'un des arbres les plus connus, en raison de l'importance de son implantation le long des routes et rues de France. Sa résistante à la pollution et son aptitude à bien supporter les tailles répétées nécessaires au maintien de son gabarit en sites urbains expliquent ce constat. Il représente près de 70 % des arbres d'alignement communautaires.

Le platane commun serait issu d'une hybridation entre le platane d'Orient (Platanusorientalis) et le platane d'Occident (Platanusoccidentalis) réalisée en Angleterre vers 1650.
Comme parfois visibles sur certains platanes de GPSO, le retour au bout de quelques années à des feuilles très découpées (rappelant celles du platane d'Orient) démontre ces origines.

Le qualificatif « acerifolia » signifie « à feuille d'Acer » en raison de la ressemblance avec celle de l'érable (Acer). Elle est assez large et surtout coriace, raison pour laquelle elle est assez peu utilisée comme paillage, mettant en effet près de trois ans à se décomposer.
L'aspect caractéristique « peau de serpent » de l'écorce du platane la rend facilement reconnaissable, d'autant plus qu'elle se fissure en écailles (« rhytidomes »). En fait, elle se régénère, ce phénomène ayant valu au platane dans la mythologie grecque le statut de symbole de la régénération. Dans cette même mythologie, il est raconté que le cheval de Troie était en platane.

Son bois dur et ferme est aujourd'hui utilisé pour des travaux d'ébénisterie en Orient, de menuiserie, de lutherie et parfois comme bois de chauffage, notamment à partir des déchets d'élagage.

Une vigilance nécessaire

platane du parc Frederic PicLe platane peut devenir un arbre fragile en raison des attaques du chancre coloré, champignon rapporté dans des caisses d'armes en bois des troupes alliées en août 1944. Aujourd'hui, les attaques se limitent toutefois au sud de la France. Les dégâts occasionnés sont importants comme le rappelle l'actualité avec les abattages en cours et programmés sur les berges du canal du Midi, dont l'objectif est le remplacement des 42 000 platanes bordant ce site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Au titre d'une vigilance nécessaire, les agents en charge du patrimoine arboré sur la communauté, surveillent régulièrement ces arbres en regard de maladies pouvant les affecter comme le phellin tacheté (Phellinusponctatus), champignon infectant le platane sur des plaies du tronc et des branches charpentières, mais aussi le tigre du platane (petite punaise envahissante d'origine américaine) piquant la face inférieure des feuilles, se décolorant alors avant de tomber.

Dernière Minute