GRAND PARIS
Seine Ouest

9 route de Vaugirard

92196 Meudon Cedex

Terrasse de l'Observatoire

PR®7 « Sentier des trois vallées »

Meudon

En suivant les traces de l’Histoire


En 1654, Abel Servien, surintendant des finances de Louis XIV, devient propriétaire du domaine et fait réaliser la terrasse. En 1679, le marquis Louvois, est le nouveau propriétaire des lieux et s’attache les services d’André Le Nôtre pour achever les jardins. En 1695, Louis XIV acquis le domaine pour son fils ainé, le Grand Dauphin. Les jardins sont alors agrandis et dotés de fontaines supplémentaires.

En 1972, une grande partie du domaine est inscrite à l’inventaire des Monuments historiques, puis classée en 1973. En 1987, le jardin de l’orangerie ouvre au public après restauration. Grace à ses dimensions et sa configuration, la Grande terrasse est régulièrement le cadre de manifestations.

Quelques pas sur la terrasse


Caractérisée par une chaussée en pavés, séparée de ses contre-allées par deux longues étendues de gazon, l’avenue du Château confère toute la majesté de la perspective d’entrée. Tracée par André Le Nôtre, bordée de grands tilleuls et longue de 850 mètres, elle conduit jusqu’aux deux pavillons d’entrée de la terrasse à l’arrière de douves sèches. Cette célèbre terrasse mesure 260 mètres de long et 140 mètres de large et surplombe toute la ville, en offrant une vue exceptionnelle sur Paris. La terrasse fait partie du domaine national s’étendant sur 9 hectares.

A l’extrémité sud de la terrasse, la Grande Perspective se prolonge par le tapis vert jusqu’à Meudon-la-Forêt. Un escalier monumental conduit au jardin de l’Orangerie. Celui-ci est de facture classique avec un bassin carré avec jet d’eau, des orangers en caisses et des parterres de gazon rythmés par des ifs taillés en pyramide. Longue de 48 mètres, l’Orangerie accueille concerts et expositions en été et abrite les orangers du domaine et les arbres du jardin des Tuileries durant l'hiver. A l’ouest, se remarque le dôme de l’Observatoire de 18,50 mètres de diamètre avec, au premier plan, un jardin avec un bassin circulaire et un exceptionnel cyprès de Nootka, classé remarquable.

But de promenade


Conifère originaire de l’ouest de l’Amérique du Nord, le cyprès de Nootka (Chamaecyparis nootkatensis) est un arbre assez rare dans les jardins de France. Nootka est le nom d’une partie de l’île de Vancouver (Canada) où il a été identifié la première fois en 1793. L’exemplaire de la terrasse de l’Observatoire est assez exceptionnel par ses dimensions et sa forme, et est à ce titre classé remarquable.

Situé près du bassin circulaire, il est isolé avec une envergure de 14 mètres pour une hauteur de 24 mètres. Les branches basses de ce cyprès ont tendance à prendre racine et à émettre des tiges. Ces nombreux troncs font ainsi la joie des enfants voyant en lui une sorte de cabane secrète. Ses branches à l’écorce lissée témoignent ainsi d’une grande fréquentation.

Dernière Minute